Le style Pastorius à la basse

Aujourd’hui un grand classique de Pastorius.

On ne verra que la ligne de basse principale.

John Francis Anthony « Jaco » Pastorius III (1er décembre 1951 – 21 septembre 1987) était un bassiste américain de jazz membre de Weather Report de 1976 à 1981.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20170316_jacoPastorius-660x330.jpg.

Il a travaillé avec Pat Metheny, Joni Mitchell et a enregistré des albums en tant qu’artiste solo et leader de groupe.

Son jeu de basse, qui utilisait du funk, des solos lyriques, des accords de basse et des harmoniques innovantes bouleversa la connaissance et le jeu de basse jusque alors pratiqué.

Depuis 2017, il est le seul bassiste électrique parmi les sept bassistes intronisés au DownBeat Jazz Hall of Fame et a été salué comme l’un des meilleurs bassistes électriques de tous les temps.

Son enfance à Fort Lauderdale

Le surnom de Pastorius, « Jaco », a été adopté et a été partiellement influencé par son amour pour le sport et l’arbitre Jocko Conlan. En 1974, il a commencé à l’orthographier « Jaco » après avoir été mal orthographié par son voisin, le pianiste Alex Darqui.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images-6-1.jpg.

Son frère l’appelait « Mowgli » d’après le garçon sauvage du Livre de la jungle, car il était énergique et passait le plus clair de son temps sur la plage, à grimper aux arbres, à courir à travers les bois et à nager dans l’océan.

Son nom de confirmation était Anthony, élargissant ainsi son nom à John Francis Anthony Pastorius. Très sportif et excellait au baseball, au basketball et au football.

Il a joué de la batterie jusqu’à ce qu’il se blesse au poignet en jouant au football quand il avait treize ans. Il dû alors subir une intervention chirurgicale corrective ce qui stoppa sa capacité à jouer de la batterie.

Ses débuts

En 1968-1969, à l’âge de 17 ans, Pastorius avait commencé à apprécier le jazz et avait économisé assez d’argent pour acheter une contrebasse.

Ce son profond et moelleux lui plaisait, même si financièrement il était juste.

Mais Il avait du mal à entretenir l’instrument, ce qu’il attribuait à l’humidité de la Floride. Quand il s’est réveillé un jour et s’est rendu compte qu’il avait craqué, il l’a échangé contre une Fender Jazz Bass de 1962.

Au début des années 1970, Pastorius enseigne la basse à l’Université de Miami, où il se lie d’amitié avec le guitariste de jazz Pat Metheny, également professeur.

Avec Paul Bley, Pastorius et Metheny enregistrent un album, intitulé plus tard Jaco (Improvising Artists, 1974). Pastorius joue ensuite sur le premier album de Metheny, Bright Size Life (ECM, 1976).

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20170316_jacoPastorius-660x330-1.jpg.

 

De son coté Il enregistre son premier album solo, « Jaco Pastorius » (Epic, 1976) avec Michael Brecker, Randy Brecker, Herbie Hancock, Hubert Laws, Pat Metheny, Sam et Dave, David Sanborn et Wayne Shorter.

Le Weather Report

Avant d’enregistrer son premier album, Pastorius assiste à un concert à Miami du groupe de jazz fusion Weather Report. Après le concert, il approché le claviériste Joe Zawinul, qui dirige le groupe.

Comme à son habitude, il se présente en disant: « Je suis John Francis Pastorius III. Je suis le plus grand bassiste du monde ».
Zawinul a admiré son culot et a demandé une cassette de démonstration.

Après avoir écouté l’enregistrement, Zawinul se rend vite compte que Pastorius a beaucoup de talent. Ils correspondent ensuite et Pastorius a enverra à Zawinul un mélange approximatif de son album solo.

Après le départ du bassiste Alphonso Johnson du Weather Report, Zawinul demande à Pastorius de rejoindre le groupe.

Il fait ses débuts dans le groupe avec l’album Black Market (Columbia, 1976), dans lequel il partage la basse avec Johnson.

Pastorius était le seul bassiste du groupe pour l’enregistrement de Heavy Weather (Columbia, 1977), qui contenait le hit « Birdland », nominé aux Grammy.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est JACO_Still03-1-1024x576.jpg.

Pendant qu’il travaillait pour Weather Report, Pastorius commence à abuser de l’alcool et de drogues illégales, ce qui a exacerbe les problèmes mentaux existants et conduit à un comportement problématiques vis à vis du groupe.


Il quitte Weather Report en 1982 en raison de conflits avec les engagements de la tournée pour ses autres projets et de son mécontentement croissant à l’égard de l’approche synthétisée et orchestrée de Zawinul.

Le Word of mouth band

Warner Bros. a signé un contrat favorable à Pastorius à la fin des années 1970, en raison de son talent novateur et de sa qualité de star, qui, espéraient-ils, déboucheraient sur de grosses ventes.

Il utilisa ce contrat pour monter son big band Word of Mouth composé de Chuck Findley à la trompette, Howard Johnson au tuba, Wayne Shorter, Michael Brecker et Tom Scott aux anches, Toots Thielemans à l’harmonica, Peter Erskine et Jack. DeJohnette à la batterie et Don Alias ​​aux percussions.

C’est le groupe qui a enregistré son deuxième album solo, Word of Mouth (Warner Bros., 1981).


En 1982, Pastorius tourne avec Word of Mouth en tant que big band de 21 musiciens. Au Japon, à la grande alerte des membres de son groupe, il se rase la tête, se peint le visage, et jette sa guitare basse dans la baie d’Hiroshima.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est images-7.jpg.
Jaco Pastorius


Un trouble bipolaire lui a été diagnostiqué à la fin de 1982 après la tournée. Pastorius avait montré des signes de trouble bipolaire avant son diagnostic, mais ces signes ont été écartés comme des excentricités, des défauts de caractère et par Pastorius lui-même comme une partie normale de sa personnalité.


L’hypomanie, diagnostic psychiatrique d’une forme de manie moins grave caractérisée par une hyperactivité périodique et une humeur élevée, a été associée à une créativité accrue.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Jaco-Pastorius-bday-740x390-1.jpg.


Malgré l’attention de la presse, Word of Mouth se vend mal.

Pastorius publie un troisième album, Invitation (1983), un enregistrement live de la tournée japonaise Word of Mouth.

Alors que les problèmes d’alcool et de drogue dominent sa vie, il a du mal à trouver du travail, à trouver des personnes qui tolèrent ses manigances, et se retrouve ainsi sans abri.

En 1985, lors du tournage d’une vidéo pédagogique, Pastorius déclare à l’intervieweur, Jerry Jemmott, que bien qu’il ait souvent été félicité pour ses capacités, il souhaite que quelqu’un lui donne un emploi.

La mort de Pastorius

Pastorius développe alors une habitude autodestructrice qui consiste à provoquer des bagarres dans des bars et à se laisser battre.

 Après s’être faufilé sur la scène lors d’un concert de Carlos Santana le 11 septembre 1987 et avoir été expulsé de ses locaux, il se rend au Midnight Bottle Club de Wilton Manors, en Floride.

Après s’être vu refuser l’accès au club, il aurait eu un coup de pied dans une porte vitrée et aurait eu une confrontation violente avec Luc Havan, le responsable du club, expert en arts martiaux.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est jaco-pastorius-1024x924.jpg.

Pastorius sera alors hospitalisé pour de multiples fractures au visage, des blessures à l’œil droit et au bras gauche, et tombe dans le coma.

Par la suite, une hémorragie cérébrale quelques jours plus tard entraîne la mort cérébrale. Il est alors retiré du système de survie et décède le 21 septembre 1987 à l’âge de 35 ans au Broward General Medical Center de Fort Lauderdale.

De son coté Luc Havan fait face à une accusation de meurtre au deuxième degré. Il plaide coupable d’homicide involontaire et est condamné à vingt-deux mois de prison et à cinq ans de probation.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Jaco_Pastorius.jpg.

Après quatre mois de prison, il est libéré sur parole pour bonne conduite.

Techniques de basse

Jusqu’en 1970 environ, la plupart des musiciens de jazz jouent de la contrebasse acoustique.

En général les bassistes restent en arrière-plan avec le batteur, formant la section rythmique, tandis que le saxophoniste, trompettiste ou chanteur gère la mélodie et dirige le groupe.

Mais Pastorius avait d’autres idées pour le bassiste. Il n’était pas comme les autres, il bougeait, chantait et tournait sur scène. Il plaisantait et parlait à la foule, jouait souvent pied nus et torse nu.

C’est avec lui que la technique des harmoniques prend tout son essor. Après avoir appris les harmoniques artificielles, il les ajoute à sa technique et à son répertoire.

Les harmoniques naturelles sont jouées en touchant légèrement la corde d’une frette sans l’appuyer sur la touche, ce qui donne une note qui sonne un peu comme une cloche.


Les harmoniques artificielles, également appelées fausses harmoniques, impliquent de toucher légèrement une corde avec un doigt de la main gauche.

L’autre doigt de la main droite joue la note. Un bon exemple d’harmonique souvent cité est l’introduction de « Birdland ».

Pastorius était connu pour ses lignes de basse virtuoses combinant des rythmes afro-cubains inspirés par Cachao Lopez, et R & B pour créer des lignes de funk syncopées en double croches.

Il utilisait également beaucoup les fameuses notes fantômes.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est jaco-pastorius-2.jpg.


Sa technique main droite consistait à poser son pouce sur le micro chevalet pour jouer les notes sur les cordes de Mi et de LA. Pour jouer sur les cordes de Ré et Sol il posait son pouce sur la cordes de MI pour l’étouffer.

On retrouve cette technique de jeu dans des morceaux comme « Come on come over » et de « Chicken » du Birthday Concert.

Son équipement

Pastorius a joué une Fender Jazz Bass de 1962 qu’il a appelée la « Bass of Doom ». À l’âge de 21 ans, Jaco acquiert la basse avec ses frettes enlevées ou les enlève lui-même (ses souvenirs varient au fil des ans) et scelle le manche avec de la résine époxy.

Une anecdote racontée par Allyn Robinson dans une interview de Robert Sturrken dans le cadre de son émission « Nightlife and Music with the Maestro » sur WYLK Lake 94, affirme que Jaco n’avait retiré les frettes que quatre heures avant un concert avec Wayne Cochran.

En 1986, les luthiers Kevin Kaufman et Jim Hamilton réparent la basse après qu’elle ait été cassée en plusieurs morceaux. Après la réparation, Pastorius enregistre une session avec Mike Stern.

Sa basse volée peu de temps après en 1986 sera retrouvée dans un magasin de guitare en 2006.

Grace à Robert Trujillo le bassiste de Metallica la basse sera rachetée et rendu à la famille Pastorius.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est A1KQujMYxaL._SL1000_.jpg.

Robert Trujillo considérait Jaco Pastorius comme l’un de ses héros et estimait que la famille devait avoir la basse.

Ses amplis et effets

Pastorius jouait sur des amplis de la marque californienne Acoustic control Corporation. C’était des Acoustic 360 qui lui permettait d’accentuer les médiums si caractéristiques de son jeu.

Au cours des trois dernières années de sa vie, il utilisait des amplis Hartke en raison des cônes de haut-parleurs en aluminium.

Ces nouveaux amplis fournissaient pour Pastorius un son clair et brillant.

Pour le solo de basse « Slang / Third Stone From the Sun » de l’album de Weather Report 8:30 (1979), Pastorius a utilisé le retard numérique MXR pour superposer et mettre en boucle une figure d’accord et l’a ensuite mis en solo.

La même technique, avec un riff de basse en boucle, peut être entendue pendant son solo dans le clip vidéo de Joni Mitchell, Shadows and Light.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-placeholder-title.jpg.
Jaco Pastorius

Récompenses et honneurs

De son vivant Pastorius a reçu deux nominations aux Grammy Awards en 1977 pour son premier album éponyme: un pour la meilleure performance de jazz d’un groupe et un pour la meilleure performance de jazz d’un soliste (« Donna Lee »).

En 1978, il reçoit une nomination aux Grammy Awards pour la meilleure performance jazz d’un soliste pour son travail sur l’album Heavy Weather de Weather Report.

Le magazine Bass Player lui a donné la deuxième place sur une liste des cent plus grands bassistes de tous les temps, derrière James Jamerson.

https://www.bassplayer.com/artists/the-100-greatest-bass-players-of-all-time

Après sa mort en 1987, les lecteurs du magazine Down Beat l’élisent membre du Hall of Fame, rejoignant les bassistes Jimmy Blanton, Ray Brown, Ron Carter, Charles Mingus, Charlie Haden et Milt Hinton.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Jaco-Pastorius-bday-740x390.jpg.

De nombreux musiciens ont composé des chansons en son honneur, telles que « Jaco » de Pat Metheny sur l’album Pat Metheny Group (1978) et « Mr. Pastorius » de Marcus Miller sur l’album Amandla de Miles Davis.

Parmi les autres compositions qui lui sont dédiées figurent Randy Brecker, Eliane Elias, Chuck Loeb, John McLaughlin, Bob Moses, Ana Popovic, Dave Samuels et les Yellowjackets.

Le 2 décembre 2007, au lendemain de son anniversaire, un concert intitulé « Hommage du 20ème anniversaire à Jaco Pastorius » a eu lieu au Broward Center for the Performing Arts de Fort Lauderdale, en Floride.

On a pu y voir Randy Brecker, Dave Bargeron, Peter Erskine, Jimmy Haslip, Bob Mintzer, Gerald Veasley, les fils de Pastorius, John et Julius Pastorius, la fille de Pastorius, Mary Pastorius, Ira Sullivan, Bobby Thomas Jr. et Dana Paul.

Pastorius a été surnommé « le bassiste électrique le plus important et le plus novateur de l’histoire » et « peut-être le bassiste électrique le plus influent aujourd’hui.

William C. Banfield, directeur des études africaines, de la musique et de la société au Berklee College, a décrit Pastorius comme l’un des rares virtuoses américains à avoir défini un mouvement musical, aux côtés de Jimi Hendrix, de Louis Armstrong, de Thelonious Monk, de Charlie Christian et de Bud Powell. , Charlie Parker, Dizzy Gillespie, John Coltrane, Sarah Vaughan, Bill Evans, Charles Mingus et Wes Montgomery.

Voici un article de Marc Edouard Nabe sur Pastorius paru dans Jazzman en 2007.

Comment Nabe écrit — (le) jazz quand il est au mieux de sa forme…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est pastorious_540.jpg.

Tom Copi/Michael Ochs Archives/Getty Images (Jazzman, septembre 2007).

Quelqu’un frappe à la porte du Paradis pour qu’on le laisse sortir. Il s’ennuie trop là-haut depuis vingt ans. Il ne se passe pas grand chose chez les anges assoupis sur leurs nuages.

Chez les vivants, il s’en passe encore moins, mais Jaco Pastorius — car c’est de lui qu’il s’agit — s’obstine à vouloir revenir jouer ici-bas. Jouer de la basse, bien sûr, mais aussi du piano, de la batterie, chanter, arranger, mélanger des rythmes, inventer de nouvelles mélodies, travailler son son…

On dirait qu’il n’a toujours pas accepté d’être mort à l’âge de trente-cinq ans. Moi non plus. Plus je le vois en archives, jouant, riant, grimaçant, s’agitant, plus il me manque ; et quand je ne le vois pas pendant deux jours, il me manque tellement que je préfère le revoir, quitte à ce qu’il me manque encore plus.

Ah ! C’est compliqué de vivre avec Pastorius sans lui ! Quand il bondissait de joie d’un côté à l’autre de la scène, torse nu avec un bandana tenant ses longs cheveux, Pastorius était beau comme Tarzan ou comme Cochise.

C’était une star, mais pas pour sa célébrité. Pour quelque chose qui n’a plus cours aujourd’hui : la virtuosité. Plus personne n’est bluffé par un artiste qui sait tout faire ; désormais ce sont les bras cassés qui recueillent tous les suffrages.

Le Art Tatum de la guitare basse a bien fait d’exister dans les années 1980. Il en a foutu partout en un minimum de temps, splatchant sa personnalité dans des somptuosités de plus en plus luxuriantes.

Sa générosité et son euphorie insolentes lui ont coûté cher : la vie. Car c’est finalement de ça qu’il est mort : de vouloir absolument faire partager sa démoniaque jouissance de vivre.

Fini, tout ça. Aux oubliettes, l’énergie en tous domaines. Le mot d’ordre, c’est la non-pêche absolue. Les flagadas ont pris le pouvoir, mollement mais ils l’ont pris. Plus question d’imaginer un musicien comme Pastorius, tout fou tout flamme.

Le héros de notre temps est plutôt tout flou tout flemme ! Avec sa dégaine de surfeur suédois (il l’était un peu) ou de chevalier teuton (il l’était aussi), Jaco aurait disparu encore plus tôt s’il était apparu maintenant.

Être un Pastorius est devenu impossible sur cette Terre au bord de l’abîme comme un ballon posé sur le coin d’une table.

Les « jeunes artistes » sont à la fois prématurément vieillis et immatures. Ils ne peuvent même pas concevoir que quelque chose de grand s’est fait avant eux puisque eux ne sont capables que de petites choses.

On disait Pastorius « immature » parce qu’il déconnait sur scène et parfois ailleurs comme un grand gamin turbulent tête à claques, mais à tout juste trente ans, il avait quand même eu deux femmes, quatre enfants, un big band de vingt-cinq musiciens, et déjà marqué l’histoire en ayant été un des quatre piliers du groupe Weather Report ! Pastorius, c’est d’abord quelqu’un qui est la guitare basse.

« Basstorius », on l’appelle. Ils ne sont pas si nombreux à incarner leur instrument, et curieusement ce sont souvent des Blancs : Toots Thielemans (qui a joué avec lui) l’harmonica, Steve Lacy le soprano, Gerry Mulligan le baryton…

Comme il était très jeune, certains se moquaient de la mégalomanie de Jaco qui s’intronisait lui-même « le plus grand bassiste du monde ».

Et c’était vrai ! la basse électrique n’existait pas vraiment avant lui ; et après lui, c’est une série de déluges, quoi qu’on en dise.

Marcus Miller sonne métallique à côté ; Stanley Clarke est vite vidé d’idées. Les montées de Jaco ne sont jamais précipitées. Rien de confus, ni de brouillé. Aucune note ne passe à l’as, tout est détaché, compréhensible.

Sa technique : jouer mélodiquement les harmonies. Pour ça, il pique les notes avec deux ou trois doigts de la main droite et sur le premier chevalet ou même le second pour augmenter son attaque. Son pouce, quasiment à angle droit, ne lui sert que d’appui sur la première corde. Pas de slap chez Jaco.

Quant à sa main gauche, elle fait de grands écarts, frappant au centre exact de la case, ce qui est d’autant plus difficile qu’il n’y a pas de case, Pastorius ayant supprimé à coups de canif les barrettes de sa Fender

Entre deux barrettes, la note est en prison ; en enlevant les barreaux de la cage, chaque note retrouve son espace, Jaco l’explore. Sûr de la place de ses doigts, il est d’une justesse parfaite.

Les autres sonnent toujours un peu faux, dans les aigus comme dans les graves. Pastorius a les plus beaux graves qui soient, le vibrato est d’un velouté ! Un son plein, clair et propre, qui échappe à la vulgarité noisy de la guitare basse tant exploitée par les rockeurs. Et les harmoniques, il fallait y penser.

Il appelait ça des « accords d’Alfred Hitchock ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est scrapbook_photo007_200.jpg.

Des harmoniques, c’est plus dur à faire sans barrette, mais il en fait quand même. C’est justement parce que faire des harmoniques sur une basse fretless est quasiment impossible qu’il se spécialisera dans les harmoniques sur une basse fretless ! Ça donne son Portrait of Tracy aux résonances de harpe extraterrestre.

En jouant, Pastorius semble écrire, tant ses phrases veulent « dire » quelque chose, mais lorsqu’il fait des harmoniques, il a l’air de peindre. Le geste vigoureux de bas en haut est digne du coup de pinceau d’un maître de la peinture.

D’ailleurs, sa vieille Fender 62 marron ressemble à une palette. Palette de possibilités ! On dirait également un boomerang, surtout quand il la jette en l’air. Il enverrait sa basse sur le public qu’elle lui reviendrait immédiatement dans les mains.

Tous les miracles étaient possibles avec Jaco, exhibitionniste et catholique. Il pouvait lui arriver de tenir sa basse par le bout du manche en équilibre sur sa paume comme la partenaire d’un acrobate de cirque. Un cirque, oui, mais de lune, car il n’y avait pas en Jaco quelque chose de seulement lunatique, mais de lunaire également. Face sombre pleine de cratères, de trous, et de coups.

.

JPEG - 30.6 ko

« Si on veut vivre de façon honnête, il faut savoir vivre dangereusement » disait cette petite frappe de Miami transformée en quelques années en surhomme nietzschéen puis en roi shakespearien déglingué et dément.

Drogué ? Alcoolique ? Heureux de jouer surtout. Il suffit de le voir bouger sur scène : sauts, danses, petits pas, balancements, cris, mugissements, singeries de chimpanzé beau gosse.

Et le public lui aussi était heureux d’acclamer chacun de ses solos. Est-ce encore imaginable aujourd’hui ? Un public qui comprend ce que l’artiste est en train de faire et qui réagit en conséquence. Un public qui jouit du savoir-faire de l’artiste en action devant lui. Un public qui regarde l’art en face !

Quand il ne fait pas une glissade sur scène tellement il jubile d’entendre sa rythmique (« les femmes, les enfants et la rythmique d’abord ! » disait-il), Pastorius pose sa basse par terre, la fouette avec sa lanière et elle continue à gémir de plaisir.

Tout à coup, Jimi Hendrix, mettant le feu à sa guitare avant de la massacrer pathétiquement contre son ampli paraît timide, appliqué, scout.

Quelquefois, Jaco était sexy comme un pirate des Caraïbes ; d’autres fois, il faisait exprès de s’habiller en plouc : il portait le jean comme un paysan, pas comme un hippie. Il ne lui manquait que les sabots.

Avec son béret jusqu’aux sourcils, son petit gilet étriqué, sa cravate de balourd et son pantalon bien remonté jusqu’au thorax, on aurait dit Bourvil ! Un Bourvil punk !


À part Mingus, on n’a pas vu un bassiste diriger à ce point un orchestre. Jaco est toujours le leader : chez Joni Mitchell, il domine la chanteuse vedette. Pas par sa puissance sonore : par l’inventivité mélodique de son « accompagnement ».

Dans Weather Report, il est aussi chef que Zawinul (peut-être plus) ; son big band est bien celui d’un bassiste ; et en trio, avec Pat Metheny ou John Scofield, il est si inventif que ce sont les guitaristes qui semblent l’accompagner.

Dans la fabuleuse jam à trois avec Scofield et Dennard, Jaco décide de tout. Ça part en blues ternaire suédois et après son solo, ça devient un blues mineur reggae… avant que monsieur ne se décide à changer de ton pour les douze dernières mesures ! Et tout le monde suit.

À la fin, Pastorius détache sa guitare basse et l’envoie carrément sur le batteur qui la rattrape in extremis d’une main après avoir frappé le dernier coup de cymbale.

Qu’importe la fanfaronnade, c’est le résultat musical qui compte. Quand il veut finir une gamme descendante encore plus bas que la basse ne peut la contenir, il dévisse la clé du mi, et sans interruption pour l’oreille, dans le mouvement de sa phrase, il gagne des degrés en dessous.

Qu’il joue Donna Lee avec des congas, The Chicken avec un steel drum ou bien Liberty City avec un orchestre quasiment symphonique (son big band, c’est une jungle qui se lève) ; qu’il se mette au piano pour un Tree Views of a Secret bouleversant , ou bien à la batterie en « re-re » sur Teen Town, sa caisse claire claquant comme un fouet et la grosse caisse sonnant comme une timbale, Pastorius est toujours lyrique.

À ce niveau, il n’y a plus de styles : rock, jazz, jazz-rock, funk, soul, rhythm and blues, folk, pop. Jazz-fusion ? Va pour le jazz-fusion si on tient aux étiquettes, mais ce que Pastorius a fait, c’est plutôt du jazz « en » fusion, comme en faisait Charlie Christian à son époque où le swing était à la mode.

Charlie Christian, encore un jazzman mort jeune… On dirait que la mort ne supporte pas ceux qui vont trop vite. Elle a attendu Jaco au tournant, juste avant la route des quarante ans, virage fatal à tant de divins maudits : Parker, Dolphy, Mozart, Modigliani, Rimbaud, Lautrec, Van Gogh, Fassbinder, Thomas Wolfe, la liste est longue et Jaco Pastorius est dedans, bien dedans, avec sa fin stupido-tragique.

11 septembre 1987 : attentat contre le jazz. Un gros videur de mes deux frappe une sorte de clodo arrogant, insultant, sale, ivre qui voulait absolument entrer dans sa boîte de merde.

La brute pas physionomiste n’a pas reconnu Jaco Pastorius et l’a tabassé jusqu’au coma. Pendant dix jours, l’une des plus grandes énergies de tous les temps s’est accrochée à la vie qu’elle électrisait tant.

Puis, le 21, on a débranché Jaco comme lui-même, après la fin d’un morceau, revenait sur scène appuyer sur sa pédale de boucle pour l’arrêter.

Il paraît que pendant trois heures, son c ?ur a continué de battre. Chut ! Écoutez… Il me semble l’entendre, il pulse encore et toujours.

Marc-Édouard Nabe, jazzman n° 138, septembre 2007.Passer à la version Premium

4 commentaires sur “Le style Pastorius à la basse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *