La basse selon James Jamerson

James Jamerson

James Lee Jamerson (29 janvier 1936 – 2 août 1983) était un bassiste américain.

Il a été le bassiste non crédité de la plupart des succès de Motown Records dans les années 1960 et au début des

années 1970 .

 

En effet Motown n’a pas enregistré de crédits musicaux de session avant 1971; il est maintenant considéré comme l’un

des bassistes les plus influents de l’histoire de la musique moderne.

 


Il a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 2000. En tant que musicien de session, il a joué sur 30 Billboard

hits, le top des classements de disque américains, ainsi que sur plus de 70 tubes de R & B en tête des charts soit plus

que tout autre bassiste des deux catégories.

 

Bref une légende.


Dans son numéro spécial “Bass Player’s 100 Greatest Bass Players” en 2017, Bass Player Magazine a nommé

Jamerson le “Greatest Bass Player” numéro un.

En 2011, Jamerson s’est classé troisième dans “Les 20 bassistes les plus sous-estimés” du magazine Paste.

 

James Jamerson
James Jamerson

 

 

Les années Motown

 

Jamerson a continué à se produire dans les clubs de Detroit après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, et

sa réputation de plus en plus solide lui a ouvert des opportunités pour des sessions dans divers studios

d’enregistrement locaux.

 


À partir de 1959, il a trouvé un emploi stable au studio Hitsville U.S.A de Berry Gordy, où se trouve la maison de

disques Motown.

 


Dès lors Il joue de la basse sur le single “Come to Me” de Marv Johnson (1959), l’album Burnin ‘(1962) de John Lee

Hooker et The Reflections’ “(Just Like) Roméo et Juliette” (1964).

 


Il est devenu membre d’un noyau de musiciens de studio qui s’appelaient officieusement The Funk Brothers . Ce petit

groupe soudé de musiciens a joué sur la grande majorité des enregistrements de Motown pendant la majeure partie

des années 1960.

 

Les premières sessions de Motown de Jamerson ont été réalisées à la contrebasse, mais au début des années 1960, il

est passé pour la plupart à une basse électrique Fender Precision.

 

Comme Jamerson, la plupart des autres Funk Brothers étaient des musiciens de jazz recrutés par Gordy.


Pendant de nombreuses années, ils ont maintenu un programme d’enregistrement typique pendant la journée au

petit garage de Motown “Studio A” (qu’ils ont surnommé “le Snakepit”), puis ont joué des concerts dans les clubs de

jazz le soir.

 


Ils ont également visité les États-Unis de temps en temps avec des artistes de Motown.

 


Pendant la plus grande partie de leur carrière, cependant, les Funk Brothers n’ont pas été crédités sur les singles et les

albums de Motown, et leur salaire était considérablement inférieur à celui des artistes principaux ou du label reçu,

d’où leur travail occasionnel en freelance.

 


Finalement, Jamerson a été retenu par Motown pour 1 000 dollars par semaine (7 037 dollars en dollars de 2017 ,

ce qui lui a permis, à lui et à sa famille en pleine expansion, de vivre une vie confortable.

 

La discographie de Jamerson à la Motown se lit comme un catalogue de tubes soul des années 1960 et 1970.

 

Son travail comprend des succès de Motown tels que, parmi des centaines d’autres, “You Can’t Hurry love” de The

Supremes, “My Girl” de The Temptations, “Shotgun” de Jr. Walker et The All Stars, “For Once in My life, “I was made

to love her” de Stevie Wonder, “Go-Go” de The Miracles, “Dancing in the Street” de Martha et les Vandellas, 

“I Heard It Through the Grapevine” de Gladys Knight et les Pips, et plus tard de Marvin Gaye, et la plupart de l’album

What’s Going On de Marvin Gaye, “Reach Out,  i’ll be there” et “Bernadette” des Four Tops.

 

James Jamerson


Selon son confrère Funk Brothers dans le documentaire de 2002 intitulé Standing in the Shadows of Motown, Gaye

voulait désespérément que Jamerson joue sur «What’s Going On» et se rendit dans plusieurs bars pour trouver le

bassiste.

 


Quand il l’a trouvé il l’a amené Jamerson au studio, mais Jamerson était trop ivre pour rester debout, alors James a

joué la ligne classique en étant allongé à plat sur le dos. Il aurait joué sur 95% des enregistrements de Motown entre

1962 et 1968.

 

 

Il a finalement joué sur près de 30 succès pop n ° 1 – dépassant le record communément attribué aux Beatles.

Sur les charts R & B, près de 70 de ses performances ont été récompensées.

 

Le style Jamerson

 

 

Jamerson est connu pour avoir élargi le style musical et le rôle du bassiste dans la musique populaire de l’époque qui,

dans les années 50 et 60, le R & B, le rock and roll et la country se composaient essentiellement de notes

fondamentales, de quintes et de répétitions simples.

 


En revanche, la plupart des lignes de basse de Jamerson reposaient largement sur les montées chromatiques, la

syncope, les notes étouffées et les renversements, avec une utilisation fréquente de cordes à vide.

Son jeu de basse agile était considéré comme faisant partie intégrante du “Motown Sound”.

 


Il a créé des lignes mélodiques encore très étroitement liées au groove de la batterie.

 

 

James Jamerson

 

Les bassistes éminents qui ont revendiqué Jamerson comme une influence principale sont les bassistes de James

Brown,  comme Fred Thomas, Bernard Odum et Bootsy Collins. Les autres bassistes influencés sont John Paul Jones,

Tim Drummond, Sweet Charles Sherrell, Gary Thain, Larry Graham, Bernard Edwards, Robert Kool Bell, Mark

Adams (esclave), James Alexander etc…et des dizaines d’autres.

 

Cependant, alors que d’autres musiciens utilisaient des amplis high-tech, des cordes rondes et des lignes de basse
plus simples et répétitives incorporant de nouvelles techniques telles que le slap, le style de Jamerson devint
dépassé pour les producteurs locaux.

Dans les années 1980, il ne parvenait pas à obtenir de concerts sérieux en tant que musicien de session.
Longtemps perturbé par l’alcoolisme, Jamerson est décédé des suites d’une cirrhose du foie, d’une insuffisance
cardiaque et d’une pneumonie le 2 août 1983 à Los Angeles.
Il a laissé une femme, Anne, trois fils, James Jamerson Jr. (R & B, membre du groupe disco Chanson), Ivey (Joey) et
Derek, et une fille Doreen. Il est enterré au cimetière historique Woodlawn de Detroit, avenue Woodward.

Reconnaissance

James Jamerson (comme c’est le cas avec les autres Funk Brothers) a reçu peu de reconnaissance formelle pour ses
contributions de son vivant.

Ce n’est qu’en 1971, quand il a été reconnu comme “l’incomparable James Jamerson” sur la pochette de “What’s
Going On” de Marvin Gaye, que son nom est même apparu sur une sortie majeure de Motown.
James Jamerson


Jamerson fut le sujet d’un livre de 1989 d’Allan Slutsky (alias “Dr. Licks”) intitulé Standing in the Shadows of

Motown.
Le livre comprend une biographie de Jamerson, quelques dizaines de transcriptions de ses lignes de basse et deux CD
dans lesquels 26 bassistes professionnels de renommée internationale (tels que Pino Palladino, John Entwistle, Will
Lee, Chuck Rainey et Geddy Lee) parlent de Jamerson et jouer ces transcriptions.

L’histoire de Jamerson a également été présentée dans le film documentaire de 2002 du même titre.
En 1989,
Jamerson a reçu un buste au Rock Walk du Hollywood Guitar Center.

Ses instruments

 

Jamerson était avant tout un contrebassiste. Sa contrebasse était une contrebasse acoustique

allemande qu’il avait achetée à l’adolescence et plus tard utilisée sur des succès tels que “My Guy” de Mary Wells et

“(Love Is Like a) Heat Wave” de Martha et les Vandellas.

 


Jamerson a joué principalement la Fender Precision Bass, mais est connu pour avoir utilisé brièvement un Fender

Bass V et un Hagström huit cordes plus tard dans sa carrière.

 


Sa première basse électrique était une Precision Bass de 1957, remise à neuf en noir, avec un pickguard et une touche

en érable anodisés, surnommés “Black Beauty”. Cette basse était un cadeau de son collègue bassiste Horace “Chili”

Ruth. Mais dans les années soixante, elle lui a été volé.

 

Après le vol de sa Precision Bass de 1957, il acheta une Fender Precision Bass de 1962, surnommée “The Funk

Machine”.

 


Elle avait un fini sunburst à trois tons, un pickguard en écaille de tortue, une touche en palissandre et des couvercles

de chrome et de bridge (ce dernier contenant un morceau de mousse utilisé pour amortir le sustain et certaines

harmoniques).

 


Sur le talon de l’instrument, il a sculpté, avec un stylo à bille, le mot “FUNK”. Il règle généralement ses boutons de

volume et de tonalité au maximum. Cet instrument a également été volé, quelques jours avant la mort de Jamerson

en 1983. Cette base n’ jamais été retrouvé.

 

James Jamerson a utilisé des cordes à fort tirant  (0,052 à 0,110) de la marque  La Bella qui n’ont jamais été

remplacées, à moins qu’une corde ne casse.

 


Il n’a pas particulièrement pris soin de l’instrument, car il a déclaré: “La saleté garde le funk”. Le manche apparement

a peut-être fini par se déformer, car beaucoup ont affirmé qu’il était impossible de jouer. Bien que cela rende les

choses plus difficiles, Jamerson pensait que cela améliorait la qualité du son.

 

Au début des années 70, un producteur a tenté de moderniser le son de James Jamerson en demandant au bassiste

de jouer sur des cordes plus neuves et plus light mais Jamerson a poliment refusé.

 

Un des aspects du jeu droit de James Jamerson qui se répercutait sur la basse électrique était le fait qu’il n’utilisait

généralement que son index droit pour attaquer les cordes tout en posant ses troisièmes et quatrièmes doigts sur le

cache chromé du micro.

 

L’index de Jamerson a même gagné son propre surnom: “The Hook”, le crochet.

 

James Jamerson

 

Un autre aspect du jeu droit de Jamerson était son utilisation de cordes à vide, une technique longtemps utilisée

par les bassistes de jazz, pour pivoter autour du manche, ce qui donnait à ses lignes un sentiment de fluidité.

 

L’amplificateur de choix de Jamerson lors des performances du club était un Ampeg B-15 .

Dans les grandes salles, il utilisait une Naugahyde Kustom bleue avec des enceintes de 15 pouces.

 

Sur l’ampli la basse était généralement au maximum et les aigus étaient à mi-hauteur. Sur la plupart de ses

enregistrements en studio, sa basse était branchée directement sur la console de mixage sur mesure avec les guitares

d’Eddie Willis, Robert White et Joe Messina.

8 commentaires sur “La basse selon James Jamerson

  1. Bonsoir Lauren
    Ça fait un moment que je regarde tes vidéos et au début je me disais bof c’est pas très ludique …
    Mais j’ai revu des vidéos et tu m’éclates !
    Je me marre et tes tablatures sont top !
    On apprend des trucs c’est sympa
    Merci pour ta bonne humeur

    Gilles de Lyon

    1. Salut Gilles merci pour ton message et avec plaisir.
      Et oui il ne faut pas se prendre au sérieux, il faut être détendu;
      Toujours avec le sourire 🙂 pas besoin de rajouter de la morosité.
      La joie et la bonne humeur le plus possible mon ami
      À très vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *